Circonscription de Cavaillon
Circonscription
Vaucluse
 

Joyeux Noël 2017

samedi 23 décembre 2017, par Inspecteur de l’Education nationale


Mesdames les directrices, Messieurs les directeurs,


Mesdames Messieurs les enseignants et personnels des écoles,



En cette fin de seconde période, après la rentrée en musique, les premiers rendez-vous de carrière, l’expérience des CP dédoublés, le premier temps des continuités école collège et des projets de classe nous avons tous besoin d’une pause...
La trêve de Noël est donc la bienvenue et je vous souhaite d’excellentes fêtes en famille.



En ces derniers jours de l’année 2017 et pour vous rappeler que je suis normand, je réitère la publication du texte narrant la bataille d’Hastings (14 octobre 1066) et la montée sur le trône d’Angleterre de Guillaume duc de Normandie à Noël 1066. C’est l’histoire que raconte la tapisserie de Bayeux (illustration à la fin du texte).


170 ans plus tard, en 1236, c’est Eléonore de Provence qui montera sur le trône d’angleterre à l’occasion de son mariage avec Henry III.


Texte de Gilduin Davy
professeur d’histoire du droit à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.


Aux premiers jours de janvier, la cour ducale de Normandie apprend avec émoi la mort du roi d’Angleterre, Édouard le Confesseur, et l’élévation d’Harold de Wessex à la royauté. Le duc Guillaume, le Bâtard qui prétendait légitimement succéder au défunt monarque, son cousin, se voit privé de ses droits par celui-là même qui s’était engagé à les préserver quelques années auparavant. Pour châtier le félon et venger l’affront, le Normand s’en remet au sort des armes.


Durant l’hiver et le printemps 1066, d’intenses préparatifs sont donc engagés pour l’invasion de l’Angleterre. Après avoir rallié l’aristocratie normande, à qui il fait miroiter de substantiels butins, Guillaume missionne des ambassadeurs auprès de l’empereur germanique et du roi de France. Contre la promesse d’acquitter les taxes qu’Harold rechigne à verser, il reçoit du pape Alexandre II l’étendard de saint Pierre, attestant la justesse de sa cause.


Au milieu de l’été 1066, l’armée et la flotte normandes sont prêtes. Environ sept cents navires et seize mille hommes venus de toute la France ont été réunis dans l’estuaire de la Dives. Ne manquent que les conditions favorables à la traversée de la Manche. Hélas, les vents contraires ne cessent de retarder l’appareillage de l’armada, initialement fixé à la mi-juillet. Côté anglais, où l’on a eu vent de ces formidables préparatifs, on s’apprête à recevoir l’envahisseur. Mais, aux premiers jours de septembre, un autre péril se découvre : Harald III de Norvège a débarqué au nord de l’Angleterre et lui aussi revendique la couronne, au nom d’anciens accords passés avec les rois anglo-danois. Menant ses troupes à marches forcées, Harold parvient à le défaire à Stamford Bridge, le 25 septembre. Trois jours plus tard cependant, des conditions enfin favorables permettent à l’armée normande d’embarquer et, au matin du 29, de prendre pied en Angleterre, à Pevensey. Contraint de réaliser un véritable tour de force, Harold gagne au plus vite les plaines du Sussex. C’est là, le 14 octobre 1066, à Hastings, que se joue le sort de l’Angleterre.

D’emblée, l’affaire est mal engagée pour l’armée normande. Harold et ses troupes se sont massés sur la colline de Senlac qui domine le champ de bataille. Tout le jour, la chevalerie de Guillaume s’épuise en charges vaines. Mais soudain, en milieu d’après-midi, Harold s’écroule, mortellement frappé d’une flèche qu’il reçoit dans l’oeil droit. L’armée anglo-saxonne se débande aussitôt, laissant aux Normands la victoire et ouvrant à Guillaume le chemin du trône, trône dont il s’empare à la Noël 1066. Le Bâtard s’est fait Conquérant.



 


 

 
- Circonscription de Cavaillon – Avenue Pierre Mendès France - BP 10197 - 84305 Cavaillon - Vaucluse – Responsable de publication : Lionel FERRIER, IEN, circonscription de Cavaillon Tel : 04.90.76.08.09 Fax : 04.90.76.09.79 Mèl : ce.ien.cavaillon@ac-aix-marseille.fr
Dernière mise à jour : jeudi 22 février 2018 – Tous droits réservés © 2008-2018, Académie d'Aix-Marseille